Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Le présent numéro, faisant suite au numéro 32 traitant du conflictuel dans le discours, s'inscrit dans une perspective similaire, mais semble dégager une clarté certaine au niveau du contexte institutionnel (ou genre discursif) dont traitent les auteurs : deux contributions sur le discours médiatique, deux en situation juridique, deux contextes du discours politique, un contexte religieux. Cela fait sept articles, traitant de différents contextes institutionnels du discours conflictuel.

2Partant du postulat que la culture discursive en Occident est de nature conflictuelle et donne lieu, de ce fait, à des théâtres de divergences et d'antagonismes dans lesquels se déroulent des stratégies de « combat » verbal, Alessandra Rollo se propose de développer le modèle de Windisch (1982), qui consiste à distinguer l'agent et le patient dans le discours conflictuel, en s'appuyant notamment sur les actes de langage au sens d'Austin et Searle et la théorie de la politesse (Brown & Levinson, 1987). Pour ce faire, Rollo analyse deux types de corpus issus de la politique italienne, pour relever des modalités discursives de la polémique et du contre-discours : échange écrit entre l'administration locale et l'opposition politique d'une municipalité (San Romano in Garfagnana). Rollo montre une différence de traits discursifs selon la répartition de ces modalités — la citation, la réfutation, la simulation, le démasquage, l’ironie, la concession. Cette analyse est complétée par une étude sur le discours oral de Beppe Grillo, fondateur du Mouvement 5 étoiles (M5S), dans l'espace virtuel, suggérant que son cadre théorique sera valable pour l'étude du « populisme ».

3La contribution de Nathalie Garric et Michel Goldberg touche aussi au contexte médiatique. Elle consiste à analyser le discours écrit d'un quotidien régional qui traite de la controverse autour d'un projet industriel régional en Bretagne. Ce faisant, les auteurs analysent des articles d'un quotidien régional pour appréhender la façon dont le média prend position face à un problème de la société et le procédé dans lequel le conflit s'instaure ou s'atténue dans et par le discours. Se référant à des notions de dialogisme (Bakhtine, 1975), de sens commun (Sarfati, 2011), d'interdiscours (Pêcheux, 1975), d'hétérogénéité énonciative (Authier-Revuz, 1982 ; Moirand, 2007), Garric et Goldberg décrivent un procédé dit « agonal » par lequel la relation intersubjective engendrant un rapport conflictuel entre les parties concernées est discursivement construite, par le relevé des indices linguistiques utilisés pour créer l'image négative (adversaire, polémique ou disqualification) d'une entité dans un espace public.

4En se référant au cadre théorique de la politesse verbale, Rubens Damasceno-Morais s'intéresse aux stratégies d'adoucissement qui apparaissent dans un contexte judiciaire brésilien. Il y a des procès dans lesquels le dommage est déclaré nécessaire pour une indemnisation face à un préjudice que subit un individu. Ici sont choisis des moments où le montant du dommage est, à la suite d'une délibération de l'illicéité, à décider, puisqu'il peut y avoir un désaccord et une tension sur le montant de l'indemnisation entre les parties concernées par le procès. La gestion du désaccord des magistrats touche à la dimension rhétorique qui apparaît, entre autres, sous forme d'une construction concessive (« accord dissonant » selon l'auteur), qui s'inscrit dans les stratégies de la face positive/négative au sens de Brown et Levinson (1987). La contribution de Damasceno-Morais soulève la question de savoir s'il y a des différences culturelles dans la manière dont les magistrats gèrent ce type de situation.

5« During the session, the mediator acts as a designer in the situation », Alena L. Vasilyeva se penche sur les rôles que joue ce que l'auteure nomme « références » dans les séances de médiation pour la garde des enfants. Comme cela a été évoqué dans l'éditorial du numéro 32 des TIPA (Kida & Parepa, 2016), le métier de médiateur est hautement institutionnalisé, doté d’un code de conduite qui lui est propre, mais puisque le cadre d'interaction est une entité tripartite, avec la présence d'un ou plusieurs médiateurs, l'emploi des références apparaît spécifique et sert même à des stratégies argumentatives qui relèvent de la gestion du cadre d'interaction (ici, la frontière entre on-task et off-task des participants de la session est étudiée) et du conflit entre les parties disputantes. En manipulant des références, le médiateur conçoit à bon escient les tenants et aboutissants de la session pour mieux orienter le déroulement d'une interaction conflictuelle.

6« [C]ette formule se double d’enjeux politiques importants qui sous-tendent les faits linguistiques » : Pascale Asmar se penche sur une expression de trois substantifs mis en hypotaxe dans le contexte politique au Liban où la position de l'armée irrégulière Hezbollah est polémique. Son analyse a trait au processus par lequel la position de ce corps sociétal au sein de l'appareil de l'État est légitimée dans le média par cette formule. Tout comme le cas d'un exemple de parataxe « Veni, Vidi, Vici », l'auteure avance un effet syntaxique certain de la coordination comme dispositif linguistique (qu'elle appelle « coup de force linguistique »), qui consiste en auto-désignation et amalgame des éléments de la formule ainsi qu'en cristallisation de l'identité, tout en renforçant la légitimité de l'organisation polémique qu'est Hezbollah dans la société libanaise. Cependant, un tel processus de légitimation ne donne, selon l'auteure, pas lieu à une représentation sociale unanime, puisque l'image de l'armée irrégulière ne semble pas être totalement partagée pour autant au sein du média. Cela reflète la conception même de l'État au Liban, différente ce qui est entendu en Occident.

7La problématique de Laura-Anca Parepa est similaire à celle d'Asmar qui analyse le procès de légitimation, mais Parepa met en avant quelques autres concepts relatifs aux sciences politiques tels que l'autoritarisme, la stabilité du régime, la concordance. S'inscrivant dans la perspective de la sinologie et la communication politique, sa contribution consiste à montrer comment le discours caractérise une relation complexe que maintient l'acteur politique avec l'acteur militaire au sein d'une institution d'État en Chine. Une telle relation — abordée par des politologues travaillant dans le domaine de civil-military relation —, sans doute invisible aux citoyens ordinaires d'un pays, s'avère primordiale pour le maintien du système étatique, puisque la situation aggravée par une relation conflictuelle entre ces deux acteurs peut parfois donner lieu à un effondrement de l'État (par exemple, par un coup d'État). L'acteur politique, de ce fait, accorde une attention accrue à son discours qui régit cette relation. Parepa suggère que le discours politique en Chine est historiquement situé, et qu'il est un terrain fécond pour appréhender la stabilité ou l'instabilité du régime politique.

8« [L]e conflit peut aussi être un symbole d'une démocratie dynamique, pluraliste ». La contribution de Mohamed Saki consiste à analyser deux lettres ouvertes rendues publiques par des auteurs religieux au moment où la tension entre les communautés chrétienne et musulmane augmente à la suite d'une déclaration controverse. Pourtant les signataires soulignent l'importance de partager le terrain d'entente et d'établir un dialogue tout en déployant des stratégies rhétoriques de consensus. Sur la base de l'éthique discursive à la Habermas, la contribution de Saki souligne la « fécondité de la notion de conflit » et « l’importance de ne pas […] réduire [le conflit] à un échec de la communication ». Cela nous rappelle le principe d’harmonie dans la diversité de Kong Zi (Confucius) : « L'homme de bien cultive l'harmonie et non l'uniformité ».

9Nous conclurons les deux numéros des TIPA dédiés au conflit avec ceci. Une des causes du conflit dans la société peut souvent s'appuyer sur une certaine différence entre « fait » et « dit », mais le plus problématique semble provenir du « dire » et l'effet du « dire ». En fait, les acteurs du conflit, qu’ils soient les individus, les groupes, les organisations ou les pays, modifient la réalité qui existe dans le monde à travers l'acte de dire. Quand un certain « principe de coopération » est respecté, un interlocuteur cherche à inférer une implicature comme une plaisanterie, une ironie, etc., un message caché ou véhiculé par ce qui a été énoncé. Mais qu’en serait-il si l'implicature n'était plus anodine comme un mensonge malsain qui consiste tout simplement à trahir et/ou manipuler ceux à qui le message est adressé ? Quand ils auront compris que le langage et la réalité sont différents, leur sentiment négatif d'être manipulés ou trahis par l'auteur du message pourrait anénatir par suite le principe de coopération derrière lequel existait une relation sociale entre les acteurs impliqués. Dans une telle situation, une crise de confiance s'établit dans les rapports humains et s'étend dans l'ensemble de la société, et cela préparera l'apparition du terrain fécond d'un conflit, qui peut donner lieu à la violence verbale voire physique. Une telle conséquence est sans doute un effet perlocutoire provoqué moins par le dit que le dire, qui affecte la relation humaine. Pour éviter un conflit fatal et pour rétablir une confiance mutuelle, une des possibilités est, dirait-on, de chercher un moyen de raccourcir la distance entre le « fait » et le « dit » ce qui pourrait rend le rapport humain acceptable à travers le « dire » et/ou le « faire ».

10Or, nous avons aperçu, tout au long de ces deux numéros des TIPA, des modèles théoriques qui sont plus ou moins connus dans les sciences du langage et de la communication. Quoi qu’il en soit, ne semble pas suffisamment être interrogée la question de savoir si ces modèles sont vraiment susceptibles de résoudre des situations conflictuelles ou bien, au contraire, sont des facteurs aggravant, par élargissement de la fracture sociale dans ce monde. Une telle interrogation, voire un éventuel renouvellement théorique qui incomberait aux chercheurs de n'importe quel domaine, serait une perspective prometteuse de la recherche sur le discours et le conflit.

Haut de page

Bibliographie

Authier-Revuz, J. (1982) Hétérogénéité montrée et hétérogénéité énonciative : éléments pour une approche de l’autre dans le discours, DRLAV, Revue de linguistique, 26, p. 91-151.

Bakhtine, M. (1975) Esthétique et théorie du Roman, Paris: Gallimard.

Brown, P. & P. Levinson (1987) Politeness, Cambridge, UK: Cambridge University Press.

Confucius (2014) Entretiens de Confucius, Paris: Points.

Kida, T. & L.-A. Parepa (2016) Éditorial, TIPA, 32, Conflit en discours et discours en conflit. Approches linguistiques et communicatives.

Moirand, S. (2007) Les discours de la presse quotidienne. Observer, analyser, comprendre, Paris: PUF.

Pêcheux, M. (1975) Les vérités de la palice. La linguistique, sémantique, philosophie, Paris: Maspero.

Sarfati, G-E. (2011) Analyse du discours et sens commun : institutions de sens, communautés de sens, doxa, idéologie, in Matériaux philosophiques pour l’analyse du discours, Besançon: Presses Universitaires de Franche-Comté, p. 139-173.

Windisch, U. (1982) Pensée sociale, langage en usage et logiques autres. L’exemple de la causalité dans la vie quotidienne en acte, Lausanne: L’Âge d’Homme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laura-Anca Parepa et Tsuyoshi Kida, « Éditorial », TIPA. Travaux interdisciplinaires sur la parole et le langage [En ligne], 33 | 2017, mis en ligne le 09 octobre 2017, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://tipa.revues.org/1946

Haut de page

Auteurs

Laura-Anca Parepa

Japan Society for the Promotion of Science (JSPS) Research Fellow, University of Tsukuba, Faculty of Humanities and Social Sciences, Japan

parepa.laura@gmail.com

Articles du même auteur

Tsuyoshi Kida

Language and Communication Science Laboratory (LCSL)-Institute for Comparative Research in Human and Social Sciences (ICR), University of Tsukuba, Faculty of Humanities and Social Sciences, Japan

kida.tsuyoshi.ga@u.tsukuba.ac.jp

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue TIPA. Travaux interdisciplinaires sur la parole et le langage est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Parole et Langage
  • Logo CNRS
  • Logo Aix Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org