Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Le 31e numéro des TIPA est consacré à l’étude de l’impact du contact entre les langues sur les œuvres vives du système grammatical et sur le changement linguistique induit par ce contact. Le numéro s’ouvre sur l’article de Holman Tse sur le « Rôle de l’interférence induit par conversion linguistique dans le développement d’un contraste phonologique typologiquement rare en bantou somalien (kizigua) » [«The Role of Shift-Induced Interference in the Development of a Typologically Rare Phonological Contrast in Somali Bantu Kizigua»]. Selon H. Tse, la réinterprétation des dentales suivies de consonnes comme des rétroflexes serait la conséquence du contact entre le kizigua et le chimwiini, un dialecte septentrional du swahili où la présence de rétroflexes devant consonne est probablement due à l’influence d’un substrat couchitique.

2Si l’étude de H. Tse nous fait apparaître le changement phonologique comme la conséquence d’une conversion linguistique qui s’est opérée en l’espace de plusieurs siècles, l’article d’Olivier-Serge Candau « Pour une étude du parler à Saint-Martin : l’exemple des pratiques verbales de lycéens plurilingues » saisit sur le vif non seulement les modifications subies par la variété locale d’anglo-créole au contact avec le français, le franco-créole et le néerlandais, mais aussi l’influence inverse de l’anglais sur le français de Saint-Martin. L’analyse de l’influence que l’anglais et le français se font subir mutuellement dans la pratique langagière d’un groupe de lycéens saint-martinois est menée sur le plan phonologique, morphologique, syntaxique et lexical. L’examen de cette dernière dimension révèle que dans la dynamique d’alternance de codes entre l’anglo-créole et le français, le rapport entre la langue-matrice et la langue-enchâssée n’est pas toujours facile à saisir.

3Une autre étude touchant à l’impact du contact sur l’ensemble du système grammatical est « L’interférence comme particularité du ‘français cassé’ en Algérie » de Hadjira Medane. L’auteur analyse comment le système grammatical de l’arabe dialectal algérien influence la phonologie, la sémantique, le lexique, la morphosyntaxe et la syntaxe de ce que, non sans une certaine visée normativiste, H. Medane désigne sous le nom de « français cassé ». L’article se conclut sur une note sociolinguistique qui essaie de déterminer comment les paramètres du sexe et de l’âge ont une incidence sur le degré d'exposition du français d'Algérie aux influences venues de l'arabe dialectal.

4L’article suivant, « Perturbation de la valence des verbes français au contact de l’arabe », concerne également le contact entre le français et l’arabe, mais il se focalise sur les changements de valence du verbe dans les variétés de français exposées au contact de divers dialectes arabes : arabe maghrébin, arabe libanais et dans une moindre mesure, arabe égyptien. Cyril Aslanov prend également en compte les implications pragmatiques et sociolinguistiques de ces changements de valence qui, loin de supplanter la palette de significations prévues par le français hexagonal, viennent s’y surajouter, élargissant par là-même les capacités expressives de la langue.

5C’est encore la valence qui est au centre des préoccupations de Sibylle Kriegel dans son article sur « Créoles et français : Quelques différences dans la valence verbale ». A travers des exemples fournis par les créoles de l’Ile Maurice et des Seychelles, S. Kriegel montre comment la disparition des prépositions dans les créoles à base française a entraîné une refonte totale de la valence verbale.

6Dans son article intitulé « L’impact du futur périphrastique français dans les franco-créoles » Marie Paul traite également des créoles à base française, mais dans le Nouveau Monde. Elle met en relief la continuité qui se manifeste entre les emplois du futur proche dans les variétés du français d’Amérique du Nord (Québec ; Louisiane ; îlots de francophonie du Missouri), et même en moyen français et leurs avatars dans les créoles d’Haïti et de la Martinique. En ce sens, M. Paul apporte une importante contribution à l’étude de la créolisation qui constitue l’une des questions centrales de la linguistique des langues en contact.

7Le numéro 31 des TIPA se clôt sur l’article d’Achraf Ben Arbia sur « Les théories de l’accessibilité référentielle et la résolution des rapports anaphoriques ambigus au sein des textes classiques » publié dans la rubrique Varia. Cette étude compare trois façons d’envisager le rapport entre l’anaphorique et la référence (Mira Ariel ; Edward L. Keenan et Bernard Comrie ; Wallace Chafe) et les applique à l’analyse d’extraits de la prose française du XVIIe siècle (Mme de Sévigné ; Corneille ; Retz ; Pascal). Moyennant quoi, A. Ben Arbia montre clairement comment le critère de la saillance remplace avantageusement celui du positionnement.

8Nous tenons à exprimer nos plus vifs remerciements à Aharon Maman, Médéric Gasquet-Cyrus, Sibylle Kriegel et Daniel Véronique pour leur précieuse collaboration à ce numéro des Tipa.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cyril Aslanov, « Editorial », TIPA. Travaux interdisciplinaires sur la parole et le langage [En ligne], 31 | 2015, mis en ligne le 22 décembre 2015, consulté le 29 mai 2017. URL : http://tipa.revues.org/1474

Haut de page

Auteur

Cyril Aslanov

Aix-Marseille Université, CNRS, LPL UMR 7309, Aix-en-Provence, France

msaslan@mail.huji.ac.il

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue TIPA. Travaux interdisciplinaires sur la parole et le langage est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Parole et Langage
  • Logo CNRS
  • Logo Aix Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org