Navigation – Plan du site

Créoles et français : Quelques différences dans la valence verbale1

Creoles and French: some differences in valency patterns
Sibylle Kriegel

Résumés

Cette contribution montre la différence de fonctionnement entre le français et deux créoles français parlés dans l’océan Indien, les créoles mauricien et seychellois, dans quatre domaines qui concernent la valence verbale : l’expression du réfléchi, la diathèse passive en ganny, le codage des verbes ditransitifs et le codage du mouvement ablatif avec des verbes intransitifs. Pour les quatre évolutions, je proposerai une explication par différentes situations de contact de langues survenues suite aux colonisations européennes dans l’océan Indien.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Je tiens à remercier le relecteur anonyme dont les commentaires ont contribué à améliorer cet artic (...)

1Même si plus de 80% du lexique des langues créoles proviennent de la langue de base européenne respective, elles ont des systèmes linguistiques autonomes. Cette autonomie se manifeste surtout dans le domaine de la morphosyntaxe. Afin d’illustrer les différences entre les créoles et leurs langues de base européennes, on donne souvent l’exemple du marquage temps-mode-aspect. Cette contribution abordera un domaine moins étudié, celui de la valence verbale, et illustrera quelques différences entre le français et deux créoles français de l’océan Indien, les créoles mauricien et seychellois, variétés très proches ayant une histoire largement mais pas entièrement commune.

2L’Ile Maurice est colonisée par la France à partir de 1721. Avec l’essor de l’industrie de la canne à sucre, les colons importent des populations serviles surtout de Madagascar, puis d’Afrique de l’Est. L’existence d’une langue créole est attestée dès 1773, donc seulement une cinquantaine d’années après le début de la colonisation. Les Seychelles sont peuplées essentiellement par des colons mauriciens et leurs esclaves à partir de 1770. Suite aux guerres napoléoniennes, les deux îles ou archipels passent sous la domination de la couronne anglaise. Les Britanniques abolissent l’esclavage en 1835, ce qui n’a pas le même impact à l’Ile Maurice qu’aux Seychelles. Alors que les colons mauriciens compensent le manque de main d’œuvre en engageant des travailleurs sur le sous-continent indien (travail engagé), la population seychelloise augmente grâce à l’arrivée de main d’œuvre d’Afrique de l’Est. Après avoir été colonies anglaises pendant plus de cent cinquante ans, les deux pays sont aujourd’hui indépendants. Aux Seychelles, le créole est première langue nationale avant l’anglais et le français. L’Ile Maurice est un pays plurilingue où l’anglais est langue officielle de facto, le français y est considéré comme la langue de la culture et les registres oraux sont dominés par le créole.

1. L’expression du réfléchi

3Pendant la créolisation, les pronoms personnels clitiques réfléchis des langues romanes ont disparu. Dans les langues romanes, les formes réfléchies ou pronominales couvrent un domaine fonctionnel très large et très hétérogène. Ainsi, le pronom personnel clitique réfléchi 3 personne ‘se’ du français (et ses équivalents pour les autres personnes qui ne se différencient pas des pronoms personnels clitiques objet : ‘me’, ‘te’, ‘nous’, ‘vous’) assume des fonctions très diverses qui vont de la co-référence entre le sujet et l’élément réfléchi jusqu’à l’expression de la diathèse passive. La disparition de ‘se’ (ainsi que ‘me’, ‘te’ etc.) dans les créoles français a fait l’objet d’un bon nombre d’études (pour un survol de la littérature voir Kriegel 1996). Il a été remplacé par plusieurs nouvelles techniques dans les cas où il est nécessaire d’un point de vue fonctionnel, notamment quand le pronom personnel réfléchi a le statut d’actant et ne correspond pas à une entrée dans le dictionnaire. Dans la synchronie de la majorité des créoles à base française, il existe deux techniques principales. Comme l’illustrent les exemples suivants du créole seychellois, les deux techniques sont parfois attestées au sein d’un seul et même texte (voir les exemples (1) et (3)) :

4I. verbe + (déterminant possessif) + ‘corps’ (ou ‘tête’, p.ex. en créole haïtien)

5(1) créole seychellois

Prezidan

James Michel

in

met

son

lekor

azour

Président

nom propre

compl

mettre

refl

à jour

avek

bann

devlopman

avec

pl

développement […]

6(Seychelles’ Nation 22/10/2012, 1)
Le Président James Michel „s’est mis à jour“/s’est familiarisé avec les développements […]

7(2) créole seychellois

Mon

demann

mon

lekor

be

kot

zot

ale?

1sbj.sg

demander

refl

ben

3.sbj.pl

aller

8(enregistrement aux Archives des Seychelles, octobre 2012)
Je me suis demandé, ben, où sont-ils allés ?

9II. verbe + pronom personnel objet + (intensificateur)

10(3) créole seychellois

I

ti

osi

dir

ki

in

met

li

azour

avek

bann

proze

3.sbj.sg

pst

aussi

dire

comp

compl

mettre

refl

à jour

avec

pl

projet

11(Seychelles’ Nation 22/10/2012, 1)
Il a aussi dit qu’il s’était « mis à jour »/ familiarisé avec les projets.

12Les deux techniques ne sont pas attestées en français moderne. Dans cette contribution, je m’intéresse à la technique I qui emploie le déterminant possessif et le concept du corps humain dans l’expression du réfléchi : contrairement au créole mauricien où l’emploi du concept du corps humain reste limité à quelques contextes précis (voir Corne 1989, Kriegel 1996, Mufwene 2000) elle s’avère productive en créole seychellois.

13Il s’agit d’un processus de grammaticalisation répandu dans des langues n’ayant aucun lien de parenté avec les créoles étudiés dans cette contribution (p.ex. le basque, le sanscrit, l’arabe) tout comme dans un grand nombre de langues créoles à base lexicale diverses et de langues africaines (Heine & Kuteva 2005 : 60). Même de façon tout à fait intuitive, on peut concevoir que le concept qui désigne le corps humain ou une partie du corps humain est prédestiné à fournir le matériau pour constituer une marque du réfléchi. Il s’agit donc d’abord d’une tendance universelle qui se déploie dans bon nombre de langues. Cependant, nous sommes en mesure de déterminer d’autres facteurs qui entrent probablement en jeu dans cette évolution en créole seychellois (et mauricien), notamment le contact de langues. Des modèles potentiels pour la construction réfléchie avec le concept du corps humain peuvent être retrouvés dans plusieurs langues ayant participé à la situation de contact dans l’océan Indien lors de la formation des créoles :

  • Présence d’un modèle dans différentes variétés de français

14Même si elle est marginale, la présence de formes réfléchies en ‘corps’ est connue en ancien et moyen français (voir ex. dans Rheinfelder 1967 : 162) et elle est aussi attestée pour des variétés impliquées dans le contexte de la créolisation comme le constate Chaudenson (2003 : 393) :

« (…) le FEW (II/2, 1212) montre que cette construction (…) apparaît encore, à l’époque moderne, dans les parlers de l’Ouest français qui sont particulièrement intéressants dans notre approche ».

  • Présence de modèles dans les substrats

  • 2 Dans ce contexte, il faut également mentionner la présence de modèles dans les langues ouest-africa (...)

15Une construction réfléchie impliquant le concept du corps humain est notamment attestée en malgache, langue qui a participé à la genèse des créoles de l’océan Indien (voir Carden 1993 pour cette éventuelle influence substratique en créole mauricien)2.

16Contrairement à d’autres analyses qui favorisent exclusivement un modèle substratique ou « superstratique », je pense que les deux ne s’excluent pas. Tout au contraire, il pourrait s’agir d’une convergence au sens de Kriegel & Ludwig & Pfänder (soumis) qui définissent la convergence comme étant un processus qui décrit le choix et le renforcement mutuel de traits linguistiques de langues en contact que les locuteurs perçoivent comme étant similaires (perceived similarity).

17Pour conclure, on observe donc la perte des clitiques réfléchis du français dans les créoles français et leur remplacement en cas d’une nécessité fonctionnelle, entre autres, par le concept qui désigne le corps humain. Le choix de cette technique s’expliquerait par une interaction entre différents facteurs, à savoir une tendance universelle de grammaticalisation ainsi que par l’existence de modèles « super »- et, substratiques qui convergent pour donner lieu à l’émergence des formes réfléchies avec le déterminant possessif +lekor. On pourrait établir un lien entre le fait que la structure est plus répandue en créole seychellois qu’en créole mauricien et le passage à l’écrit accéléré du créole seychellois.

2. La diathèse passive en ganny

18Tout comme les pronoms personnels clitiques réfléchis, le verbe ‘être’ a largement disparu dans les créoles français. Parmi ses multiples fonctions en français, il s’utilise comme auxiliaire du passif.

19(4)
La maison est construite.

20Dans le cas non marqué d’une construction active et transitive le patient prend la place de l’objet direct et l’agent est codé comme sujet. A la diathèse passive, le rôle sémantique du patient (la maison) est codé comme sujet, l’expression de l’agent est facultative. Il y a donc une modification dans la projection des rôles sémantiques sur les rôles syntaxiques. Dans la plupart des langues, la forme passive se distingue de la forme active par une morphologie verbale spécifique, comme par exemple l’emploi de l’auxiliaire ‘être’ + participe passé en français, les formes synthétiques en ‘–tur’ etc. pour l’infectum en latin etc.

21Les créoles, en revanche, ont la possibilité de former un passif sans présence d’une marque morphologique, passif qui, formellement, ne se distingue pas de la forme active :

22(5) créole seychellois

moustiker

i

ø

ploye

aswar

moustiquaire

3.sbj

déployer

soir

23(Michaelis 1994 : 200)
‘La moustiquaire est déployée le soir.’

24En (5), ce ne sont que le contexte extralinguistique, notre connaissance de la situation et du monde en général, qui nous permettent de l’identifier comme forme passive.
Cette technique est tout à fait suffisante pour la communication orale. Elle ne l’est pourtant pas dans les registres de conception écrite. Ainsi, ce n’est certainement pas un hasard si le créole seychellois a massivement développé, ces dernières années, une forme passive morphologiquement marquée : le passif en ganny (< fr. ‘gagner’). Depuis 1981, le créole est première langue nationale et de ce fait il accède progressivement à des registres jusqu’à présent réservés à l’oral. Le passif en ganny est rarement attesté dans les textes basilectaux où il est toujours employé avec une classe de verbes bien définie, à savoir les verbes qui partagent le trait sémantique « patient affecté négativement ». (Kriegel 1996, Véronique 1984)

25(6) créole seychellois

Zanmen

nou

’n

ganny

atake

par

personn

jamais

1. sbj. pl

compl

passif

attaquer

par

personne

26(Bollée & Rosalie 1994 : 178/9)
‘Nous n’avons jamais été attaqués par personne (pendant la guerre.)’

27En créole mauricien, langue qui, malgré des évolutions récentes, reste davantage réservée à l’usage oral que le créole seychellois, cette restriction au petit groupe de verbes partageant le trait sémantique « patient affecté négativement » est toujours valable.
Dans les registres écrits du seychellois, en revanche, cette construction est extrêmement productive et s’emploie, aujourd’hui, sans restrictions sémantiques particulières.

28(7) créole seychellois

Nou

’n

reisi

entrodwir

saler

minimonm

ki

’n

1.sbj .pl

compl

réussir

introduire

salaire

minimum

rel

compl

ganny

ogmante

pandan

sa

dernyen

3

-an.

passif

augmenter

pendant

art

dernier

trois

an

29(Seychelles’ Nation 30/4/2011)
‘Nous avons réussi à introduire le salaire minimum qui a été augmenté pendant les trois dernières années.’

30(8) sey

Lalwa

lanplwa

pe

ganny

revize

pour

ki

i

annan

Loi

emploi

prog

passif

réviser

pour

que

3sg.sbj

avoir

en

marse

lanplwa

ki

pli

fleksib […]

art

marché

emploi

rel

plus

flexible

31(Seychelles’ Nation 30/04/2011)
‘La loi de l’emploi est révisée pour qu’il y ait un marché de l’emploi plus flexible.’

32La grammaticalisation en tant que marque du passif d’un élément qui code, dans son emploi comme verbe plein, le rôle sémantique d’un expérient et non pas un agent dans le rôle de sujet est courante dans plusieurs langues. Ceci est par exemple le cas du gallois ou de certaines langues du sud-est asiatique (Haspelmath 1990 : 40ss.) qui n’ont aucun lien avec le créole seychellois et n’ont jamais participé au contact de langues dans l’océan Indien. Dans le cas de ganny, on peut donc parler d’un processus de grammaticalisation interne au système du créole seychellois qui est déclenché et accéléré par le passage à l’écrit de cette langue. Les substrats du créole seychellois ne sont apparemment pas impliqués. En revanche, on pourrait évoquer une influence du get passive anglais (« He gets fired ») étant donné la forte présence de l’anglais aux Seychelles (voir ci-dessus).

33Pour résumer, notre argumentation suit les mêmes étapes que dans 1. La perte du verbe ‘être’ dans quasiment toutes ses fonctions, y compris celle d’auxiliaire du passif pendant la créolisation entraîne la nécessité de le remplacer dans certains cas, surtout dans des registres écrits qui nécessitent des marquages morphologiques plus explicites. Le choix du verbe/auxiliaire ganny peut à nouveau s’expliquer par l’interaction de plusieurs facteurs : un processus de grammaticalisation attesté dans différentes langues, la présence d’un modèle dans une des langues en contact, l’anglais en l’occurrence ainsi que des conditions écologiques spécifiques, à savoir un passage à l’écrit accéléré.

3. Le codage des verbes ditransitifs

34Les constructions ditransitives sont des constructions avec des verbes de transfert du type ‘donner’ qui demandent deux objets ayant les rôles thématiques de destinataire (Recipient ou Receiver) et de thème ou patient (Theme ou Patient) à la diathèse active. Ces verbes sont construits de façon indirecte en français, la préposition ‘à’ introduit le destinataire.

35(9)
J’ai donné le livre à Marie.

36Ce type de constructions, appelé indirect object construction (IOC) dans la littérature typologique anglophone est majoritaire dans les langues européennes (WALS, http://wals.info/​feature/​105A#2/​25.5/​148.9).

37La préposition ‘à’ a été perdue pendant la créolisation.
En créole seychellois et en créole mauricien, les constructions ditransitives sont majoritairement codées (je me limite au verbe ‘donner’) avec des double object constructions, (DOC), c'est-à-dire que le destinataire et le patient ne sont pas marqués morphologiquement. Michaelis (2008 : 230ss.) et Kriegel & Michaelis (2007) observent que c’est largement le cas dans des corpus anciens et modernes des créoles seychellois et mauricien. Voici quelques exemples de mes corpus écrits et oraux :

38(10) créole seychellois

En

mouvman

ki

rekonnet

e

don

plis

valer

lafors

travayer

art

mouvement

rel

reconnaître

et

donner

plus

valeur

force

travailleur

39(Seychelles’ Nation 30/04/2011)
‘…un mouvement qui reconnaît et donne plus de valeur à la force des travailleurs.’

40(11) créole mauricien

  • 3 Il convient de signaler que « li’nn don so sekreter so loto » est également acceptable et qu’en cas (...)

Li

’nn

donn

so

loto

so

sekreter3

3sg.sbj

compl

donner

3sg.poss

voiture

3sg.poss

secrétaire

41(http://www.boukiebanane.orange.mu/​PDFseleksionteat.pdf)
‘Il a donné sa voiture à son/sa secrétaire.’

42(12) créole mauricien

sa

pu

twa

pa

done

sa

to

granmér

ça

pour

2.sg.obj

neg

donner

ça

2.sg.poss

grand-mère

43(Ludwig et al. 2001 : 214)
‘c’est pour toi, ne le donne pas à ta grand-mère’ (Ludwig et al. 2001 : 230)

44L’interprétation de ces constructions à objet double, divergente du français, est controversée dans la littérature. Alors que certains créolistes pensent que la construction DOC, selon eux très majoritaire dans les langues créoles en général, reflèterait une tendance universelle (Adone 2004, Bickerton 1995, Bruyn et al. 1999), Michaelis fait une autre hypothèse (Michaelis 2008 : 232, Michaelis & Haspelmath 2003) : elle présente une analyse comparative de différentes langues créoles, leur langue européenne de base et leurs langues de substrat pour postuler que le codage des constructions ditransitives dépendrait des langues de substrat. Elle souligne que le codage DOC est prédominant seulement pour les créoles les plus étudiés, c'est-à-dire les créoles de la zone américano-caraïbe et de l’océan Indien. Il se trouve que les langues des substrats potentiels, ouest-africaines pour la zone américano-caraïbe et bantoues pour l’océan Indien ont des constructions DOC et que de ce fait, argumente Michaelis, les créoles en question auraient des constructions DOC. Elle conteste la prétendue universalité du phénomène en soulignant que des créoles d’autres zones géographiques auraient des codages IOC, tout comme leurs langues de substrat.

  • 4 Michaelis (2008 : 228) précise que les langues bantoues de l’est qui sont les substrats/adstrats le (...)

45En accord avec Michaelis (2008), je considère le codage DOC dans les créoles mauricien et seychellois comme étant une influence substratique des langues bantoues de l’est. Il s’agit, pour reprendre la terminologie de Johanson (2002), d’une copie du patron des langues bantoues de l’est impliquées dans l’évolution des créoles mauricien et seychellois.4

4. Le codage du mouvement ablatif avec des verbes intransitifs

46Dans des constructions de mouvement intransitif qui marquent l’ablatif, considéré ici comme catégorie sémantique et non pas morphosyntaxique, nous trouvons des codages avec la préposition ‘de’ en français :

47(13)

Je

sors

de

la

Forêt.

48Nous savons que lors de la créolisation, la préposition française ‘de’ a disparu pour des raisons phonologiques. Cela est également le cas pour l’expression de l’ablatif par ‘de’.
Ainsi, pourrions-nous nous attendre à trouver en créole seychellois des constructions du type (Michaelis 2008 : 238).

49(14) créole seychellois

*

Mon

sorti

bwa.

1sg

sortir

forêt

50Pourtant, cette phrase n’est pas grammaticale. En créole seychellois, nous avons

51(15) créole seychellois

Mon

sorti

dan

bwa

1sg

sortir

dans

forêt/bois

52‘Je sors de la forêt.’

53Contrairement à l’anglais ou au français, le codage de l’ablatif se fait de la même façon que le codage de l’allatif et de l’essif/locatif en créole seychellois

54(16) créole seychellois

ALLATIF

Mon

al

dan

bwa.

1sg.suj

aller

dans

forêt

55‘Je vais dans la forêt.’

LOCATIF/ESSIF

Mon

dan

bwa.

1sg.suj

dans

bois

56‘Je suis dans la forêt.’

57Dans un cadre théorique reposant sur Lehmann (1992) et Jackendoff (1983), Michaelis (2008 : 241) arrive à la conclusion que la préposition dan marque l’endroit (place ou local region of) de l’objet de référence (reference object, ici : la forêt) et non pas la trajectoire (path) puisque cette préposition est employée avec l’allatif comme avec l’ablatif. La trajectoire est codée dans la sémantique du verbe (voir les langues à cadrage verbal très répandues en Afrique). Michaelis (2008 : 238ss.) stipule de manière convaincante qu’il s’agit d’un patron copié des langues bantoues de l’est, présentes lors de la période de créolisation dans l’océan Indien. Pour illustration, elle donne un exemple du swahili où la marque de l’endroit (place) correspond au marqueur locatif postnominal ‘–ni’ :

58(17) swahili (Nouveau Testament, Saint Marc 1, 11 ; 19)

ALLATIF

a-ka-enda

bahari-ni

3SG-SEQ-go

sea-LOC.in

59‘Il est allé au bord de la mer.’

ABLATIF

sauti

i-ka-toka

mbingu-ni

Voice

3SG-seq-come.from

heaven-loc.in

60‘Une voix est venue du ciel.’

61Je montrerai que ce codage, conséquence du contact avec des langues bantoues de l’est, a continué à évoluer dans des variétés « indo-mauriciennes » du créole mauricien et ceci au gré d’une nouvelle situation de contact due aux migrations indiennes après l’abolition de l’esclavage.
Pour commencer, on constate que dans la presque totalité des variétés du créole mauricien, la notion d’ablatif peut être codée de la même manière qu’en créole seychellois. Ainsi, nous trouvons des exemples du type

62(18) créole mauricien

mo

sorti

dan

bwa

1sg.Sbj

sortir

dans

forêt

63‘Je sors de la forêt.’

64En revanche, dans des variétés « indo-mauriciennes », l’ablatif se trouve marqué par la préposition depi (< ‘depuis’) (voir Baker & Kriegel 2013)

65Ce type de construction n’existe pas en créole seychellois.

66(19) créole mauricien

Mo

papa

sort

depi

Sesel,

li

’nn

vini

pu

travay

dan

Moris.

1sg.poss

papa

sortir

abl

Seychelles

3sg

compl

venir

pour

travailler

LOC

Mauritius

67(Bord la Mer, 82)

68‘Mon père vient des Seychelles, il est venu travailler à Maurice (…)’

69(20) créole mauricien

Kot

to

pou

ale

depi

isi?

2sbj.sg

mod

aller

abl

ici

70(Dev Virahsawmy, Hamlet 2)
'Où iras-tu d'ici?'

71Bien que le français connaisse lui aussi des emplois locaux de ‘depuis’, son emploi dans des contextes locaux est beaucoup plus productif en créole mauricien. Le créole mauricien est, à ma connaissance, le seul créole à avoir élargi l’emploi de depi (<‘depuis’).
Avec le passage à l’écrit du créole mauricien, on assiste à une extension d’emploi de depi à des contextes plus abstraits afin d’indiquer la source :

72(21) créole mauricien

Li

pa

kapav

tini

enn

sanglo

3.sbj.sg

neg

mod

retenir

art

sanglot

ki

sorti

depi

profonder

so

nam.

rel

sortir

abl

profondeur

3SG.poss

âme

73(TIZISTWAR 1, Dev Virahsawmy, http://www.boukiebanane.orange.mu/​PDFtizistwar.pdf, visité le 19/7/2015)

74‘Elle ne pouvait retenir un sanglot qui sortait des profondeurs de son âme’.

75(22) créole mauricien

Li

sibir

presyon

depi

institisyon

kuma

FMI

3.sg.suj

subir

pression

abl

institution

comme

FMI

76(FAS A KRIZ SISTEMIK, FAS A POLITIK BURZWA KI STRATEZI? par Diskur Ram Seegobin, Jean-Claude Bibi, Oupa Lehulere, Lalit 27/072007, cité dans Kriegel 2012 : 273)

77‘Il subit la pression d’institutions comme le FMI’.

  • 5 Les exemples (23) et (24) sont des exemples attestés dans nos corpus. Il faut cependant signaler le (...)

78Ces emplois plus abstraits sont limités à des registres écrits. La fréquence importante de depi dans des registres écrits pourrait être interprétée comme étant une stratégie consciente des auteurs à copier la préposition ‘de’ qui code l’ablatif en français.
Toutefois, ceci n’est pas le cas en ce qui concerne les exemples d’ablatif concret en (19) et (20) et encore moins quant aux exemples (23) et (24), concrets eux aussi, et dans lesquels depi et dan se trouvent combinés5.

79(23) créole mauricien

Mo

sorti

depi

dan

lafore.

1sg.suj

sortir

abl

dans

forêt

80'Je sors de la forêt.'

81(24) créole mauricien

Li

tir

so

linet

depi

dan

so

pos.

3sg.suj

tirer

3sg.poss

lunettes

abl

dans

3sg.poss

poche

82(Virahsawmy, Dev: Linconnsing Finalay,
http://www.boukiebanane.orange.mu/​PDFtriloziGonaz.pdf, visité le 19/07/2015)

83‘Il sort ses lunettes de sa poche.’

84Ces emplois combinés de depi et dan s’expliquent parfaitement si on se penche une nouvelle fois sur la conceptualisation d’une situation locale : la préposition dan se réfère à l’endroit/place de l’objet de référence alors que la préposition depi encode la trajectoire.
Les emplois de depi dans des contextes ablatifs concrets sont déjà attestés dans des textes anciens. Les premières attestations datent des années 1880, ce qui correspond à la période « critique » durant laquelle la population aux origines indiennes devient majoritaire :

85(25) créole mauricien 19e siècle

Lher

la

foul

conne

ça,

zot

sivré

li

a

pié

quand

det

foule

connaître

ça

3pl.sbj

suivre

3sg.obj

à pied

dipi

tou

zot

la

vil.

abl

all

3pl.poss

town

86‘The people heard about it, and so they left their towns and followed him by land.’ (Matthew, 14, 13, traduction par Anderson 1885)

87(26) créole mauricien 19e siècle

soley

va

vine

noar,

la line

na pa

va

donne

so

clarté,

soleil

fut

devenir

noir

lune

neg

fut

donner

poss

clarté

é

zétoal

va

tombé

dipi

dan

lé ciel (...)

et

étoile

fut

tomber

abl

loc

ciel

88‘Soon after the trouble of those days, the sun will grow dark, the moon will no longer shine, the stars will fall from heaven…’ (Matthew 24, 29, traduction par Anderson 1885, corpus électronique Baker)

89Nous rencontrons également des exemples où le point de départ (ablatif) et le point d’arrivée (allatif) sont marqués. Dans nos corpus nous sommes confrontés à des exemples du type :

90depi - ziska

91(27) créole mauricien

Depi

dan

kan

lao

li

vini

ziska

dan

kan

anba.

abl

dans

camp

haut

3sg.suj

venir

all

dans

camp

bas

92(Bord La Mer, 82)

93'Il va du camp en haut jusqu’en bas.’

94Même si le français n’emploie pas systématiquement ‘depuis…jusqu’à’ dans ces contextes précis, des exemples comparables y sont tout à fait envisageables.
En revanche, nous trouvons également des attestations du type depi-depi pour marquer l’ablatif et l’allatif :

95(28) créole mauricien

a.

Depi

lao

depi

anba,

ena

bokou

pou

marse

abl

haut

all

bas

aux

beaucoup

pour

marcher

96 ‘De haut en bas, il y a beaucoup à marcher.’

b.

depi

sannmars

depi

lagar

ena

trafik

abl

champs de mars

all

gare

aux

traffic

97 Du Champs de Mars jusqu'à la gare, la circulation est bouchée.'

98Ce fait a déjà été constaté par Baissac, l’auteur de la première grammaire du créole mauricien. Il écrit en 1880 :

99(29)
Depuis, dipis. Depuis ici jusque-là, Dipis ici zousqu’à-là ; mais le créole disait avant qu’il connût zousqu’à ou zisquà, jusque, au lieu de : J’ai sauté depuis ici jusque là, Mo té sauté dipis là, dipis là, ce qui était plus original. (Baissac 1880 : 78)

100Les textes anciens du 19e siècle contiennent des exemples de ce type.

101(30) créole mauricien 19e siècle

Mais

so

cloisons

laçambe

napas

dibois

napas

plances :

dipis

mais

poss

cloison

chambre

def

neg

bois

neg

planches

abl

en haut,

dipis

en bas

toute

loison

nèque

éne

grand

grand

laglace (…)

haut

all

bas

tout

cloison

seulement

art

grand

glace

102‘But the partition in his/her room is not made of wood or boards: from top to bottom the partition is a big, big mirror’ (Baissac 1880: 56)

103Un modèle français pour ce type de construction ne me semble pas exister. D’un point de vue sociolinguistique contemporain, il est intéressant d’observer que l’emploi de depi en tant que marque de l’ablatif ainsi que la confusion entre depi et ziska sont associés à des locuteurs qui ont des origines indiennes même si on ne doit pas confondre ce constat avec ce que ces locuteurs disent véritablement. Il n’en reste pas moins que le contact entre créole et bhodjpouri, langue indo-ayrenne importée à l’Ile Maurice suite à l’abolition de l’esclavage en 1835 par les travailleurs engagés indiens et toujours pratiquée par un certain pourcentage de la population (first home language de 5.3% de la population selon le sondage de 2011, http://statsmauritius.govmu.org/​English/​CensusandSurveys/​Documents/​ESI/​pop2011.pdf) pourrait fournir une explication.

104Les « matériaux de construction » sont parfaitement français mais le recours à depi ne peut pas s’expliquer par le français dans la majorité de ses emplois concernant la trajectoire, surtout pas quand depi est combiné avec dan ou s’il encode l’ablatif et l’allatif.
Concernant l’utilisation combinée de depi dan on peut argumenter que d’un point de vue conceptuel depi encode la trajectoire et dan l’endroit (place), il s’agirait donc d’un patron des langues bantoues de l’est « doublé » d’une copie du bhodjpouri.
Concernant l’emploi de depi comme ablatif et allatif, je penche également pour une explication par l’influence du bhodjpouri :
Dans toutes les variétés du bhodjpouri, la postposition se hautement fréquente et polyvalente est attestée (également en hindi) (voir Baker & Ramnah 1988, Mesthrie 1991: 262, Shukla 1981: 161). La similarité entre les deux éléments peut être observée dans l’exemple (31).

105(31)
(a) bhodjpouri mauricien

Ham

ghar

se

awa

thain

1SG

maison

ABL

venir

AUX.ASP.1SG

106(b) créole mauricien

Mo

pe

vini

depi

lakaz

1SG

ASP

venir

ABL

maison

107(corpus non publié de Kriegel & Ludwig & Henri 2005)
‘Je viens de la maison.’

108Dans des cas où la provenance (l’ablatif) et le point d’aboutissement sont exprimés, nous observons la situation suivante en bhodjpouri:

109(32) bhodjpouri mauricien

Ronpwen

se

lagar

(le)

trafik

ba

Rond-point

abl

gare

(all)

trafic

aux

110(corpus non publié de Kriegel & Ludwig & Henri 2005)
‘Du rond point jusqu’à la gare, il y a du trafic.’

111A première vue, on constate que ce n’est pas se qui est employé pour marquer l’allatif mais le. Mais selon nos informateurs, l’emploi de le est optionnel (d’où les parenthèses) et se et le sont très souvent confondus.

112Je pense que l’emploi de depi dans les variétés indo-mauriciennes est une copie de se. Il s’agit d’une copie couverte (pour cette notion voir Kriegel 2012) parce que le matériel lexical du bhodjpouri n’est pas utilisé. Il provient du créole, la langue « copieuse ». L’utilisation de depi dans des contextes plus abstraits, réservée à des registres écrits, peut en revanche être interprétée comme étant une stratégie consistant à remplacer la préposition ‘de’ du français, perdue pendant la créolisation. Dans ces cas-là, il s’agirait d’une copie couverte du de français.
On pourrait donc faire valoir à nouveau une convergence entre deux traits congruents dans deux langues indo-européennes, en français et en bhodjpouri ce qui donne lieu à une évolution nouvelle en créole mauricien (variétés indo-mauriciennes et variétés écrites), qui, auparavant, reflétait, comme le créole seychellois, des patrons des langues bantoues de l’est dans l’expression de l’ablatif.

Conclusion

113Cette contribution a présenté quatre domaines où les créoles seychellois et/ou mauricien n’emploient pas les mêmes patrons valenciels que leur langue de base, le français. Dans les quatre domaines, nous observons la disparition de matériaux morphologiques du français pendant la créolisation. En ce qui concerne l’expression de la co-référence entre sujet et objet, le pronom réfléchi clitique du français se a été remplacé, entre autres, par le déterminant possessif et le concept du corps humain. Quant à la diathèse passive, la disparition de l’auxiliaire ‘être’ a engendré, surtout en créole seychellois contemporain, le développement d’une marque du passif par l’auxiliaire ganny (< ‘gagner’). Le codage des verbes ditransitifs se fait par des constructions à objet double (DOC) suite à la perte de la préposition ‘à’ pour introduire le rôle sémantique de l’expérient. Dans l’expression du mouvement ablatif avec des verbes intransitifs, la disparition de la préposition ‘de’ a mené à des restructurations complexes et à l’apparition, en créole mauricien à partir de la seconde moitié du 19e siècle, de la préposition depi (<’depuis’) dans des contextes ablatifs.
Ces évolutions s’expliquent partiellement par des processus de grammaticalisation internes à la langue, éventuellement accélérés par le passage à l’écrit. Toutefois, le principal facteur qui intervient dans toutes les évolutions décrites est le contact de langues pendant et après la phase de créolisation au XVIIIe siècle. Alors qu’on pourrait parler de convergence entre des structures présentes dans certaines variétés de français et le malgache pour le réfléchi et de convergence entre une structure française et une structure du bhodjpouri pour l’apparition de depi, je propose de parler de copie de patrons valenciels des langues bantoues de l’est pour le codage DOC des verbes ditransitifs et d’une copie d’un modèle anglais pour le développement de la diathèse passive en ganny en créole seychellois.

Haut de page

Bibliographie

Adone, Dany (2004) Double-Object Constructions in Two French-Based Creoles (Morisyen and Seselwa), in Escure, Geneviève & Schwegler, Armin (eds) Creoles, Contact, and Language Change: Linguistic and Social Implications. Amsterdam/ Philadelphia: John Benjamins, p. 189-208.

Baissac, Charles (1880) Etude sur le patois créole mauricien. Nancy : Imprimerie Berger Levrault.

Baker, Philip (1996) On the Development of Certain Prepositional Forms in Mauritian and Other French Creoles, in Véronique, Daniel (ed) Matériaux pour l’étude des classes grammaticales dans les langues créoles, Aix-en-Provence : PUP, p. 41-59.

Baker, Philip. & Fon Sing, Guillaume (2007) (eds) The Making of Mauritian Creole. Analyses diachroniques à partir des textes anciens. London: Battlebridge Publications, Westminster Creolistics series, vol. 9.

Baker, Philip & Kriegel, Sibylle (2013) Mauritian Creole Structure Dataset, in Michaelis, Susanne Maria & Maurer, Philippe & Haspelmath, Martin & Huber, Magnus (eds)  Atlas of Pidgin and Creole Language Structures Online.  Leipzig: Max Planck Institute for Evolutionary Anthropology, http://apics-online.info/contributions/58, accessed on 2015-07-19.

Baker, Philip & Ramnah, A. (1988) Recognizing Mauritian Bhojpuri, in Barz, Richard K. & Siegel, Jeff (eds) Language Transplanted. The Development of Overseas Hindi, Wiesbaden: Otto Harrassowitz, p. 45-65.

Baker, Philip & Ramnah, P. (1985) Mauritian Bhojpuri: An Indo-Aryan Language Spoken in a Predominantly Creolophone Society, in Papers in Pidgin and Creole Linguistics, Pacific Linguistics, A-72, n04, p. 215-238.

Bickerton, Derek (1995) The Syntax of Creole Languages, in Jacobs, Joachim & von Stechow, Armin & Sternefeld, Wolfgang & Vennemann, Theo (eds.) Syntax. An International Handbook of Contemporary Research, 2 vols., Berlin: de Gruyter, p. 1451-62.

Bollée, Annegret (1982) Die Rolle der Konvergenz bei der Kreolisierung, in Ureland, P. Sture (ed), Die Leistung der Strataforschung und der Kreolistik, Tübingen: Niemeyer, p. 391-405.

Bollée, Annegret (1977) Le créole français des Seychelles. Esquisse d’une grammaire - textes - vocabulaire, Tübingen: Niemeyer.

Bollée, Annegret & Rosalie, Marcel (1994) Parol ek memwar. Récits de vie des Seychelles, Hamburg: Buske, Kreolische Bibliothek.

Bruyn, Adrienne & Muysken, Pieter & Verrips, Maaike (1999) Double Object Constructions in the Creole Languages: Development and Acquisistion, in DeGraff, Michel (ed.) Language Creation and Language Change. Cambridge MA: The MIT Press, p. 329-373.

Carden, Guy (1993) The Mauritian Creole ‘lekor’ Reflexive: Substrate Influence on the Target-Location Parameter, in Byrne, Francis & Holm, John (eds) Atlantic Meets Pacific. A Global View of Pidginization and Creolization, Amsterdam/ Philadelphia: John Benjamins, p. 105-117.

Chaudenson, Robert (2003) La créolisation : théorie, applications, implications, Langues et Développement, Paris : L’Harmattan.

Chaudenson, Robert (1974) Le lexique du parler créole de la Réunion, Paris : Champion, 2 volumes.

Corne, Chris (1989) On French Influence in the Development of Creole Reflexive Patterns, Journal of Pidgin and Creole languages, 4, p. 103-115.

Dryer, Matthew S. & Haspelmath, Martin (eds.) (2013) The World Atlas of Language Structures Online.  Leipzig: Max Planck Institute for Evolutionary Anthropology.  (Available online at http://wals.info, Accessed on 2015-07-24.

Haspelmath, Martin (1990) The Grammaticalization of Passive Morphology, Studies in Language 14, 25-72.

Heine, Bernd & Kuteva, Tania (2005) World Lexicon of Grammaticalization, Cambridge: Cambridge University Press.

Jackendoff, Ray (1983) Semantics and Cognition, Cambridge MA: The MIT Press.

Johanson, Lars (2002) Contact-Induced Change in a Code-Copying Framework, in Jones, Mari C. & Esch, Edith (eds) Language Change. The Interplay of Internal, External and Extra-Linguistic Factors, Berlin/ New York: Mouton de Gruyter, p. 285-313.

Kriegel, Sibylle (2012) Contact Phenomena/Code Copying in Indian Ocean Creoles: The Post-Abolition Period, in Chamoreau, Claudine & Léglise, Isabelle (eds) Dynamics of Contact-Induced Language Change, Berlin/Boston: De Gruyter, p. 53-76.

Kriegel, Sibylle (1996) Diathesen im Mauritius- und Seychellenkreol, Tübingen: Gunter Narr Verlag, collection ScriptOralia.

Kriegel, Sibylle & Ludwig, Ralph & Henri, Fabiola (2008) Encoding Path in Mauritian Creole and Bhojpuri: Problems Concerning Language Contact, in Michaelis, Susanne (ed) Roots of Creole Structures, Amsterdam/ Philadelphia: John Benjamins, Creole Language Library 33, p. 169-196.

Kriegel, Sibylle & Ludwig, Ralph & Pfänder (en préparation) Convergence in Language Contact. On the Interaction of Structures, Speakers’ Perception, and Change.

Kriegel, Sibylle & Michaelis, Susanne (2007) Conjunction and Ditransitives : Some Functional Domains Covered by avec, et, and ensemble, in  Baker, Philip & Fon Sing, Guillaume (eds) The Making of Mauritian Creole, London: Westminster Creolistics series, Battlebridge Publications, p. 113-132.

Lehmann, Christian (1992) Yukatekische lokale Relatoren in typologischer Sicht, in Zeitschrift für Phonetik, Sprachwissenschaft und Kommunikationsforschung (ZPSK) 45, p. 626-41.

Ludwig, R., Telchid, S. & Bruneau-Ludwig, F. (in collaboration with S. Pfänder and D. de Robillard), (eds.) (2001) Corpus créole. Textes oraux dominicais, guadeloupéens, guyanais, haïtiens, mauriciens et seychellois. Hamburg: Buske, Kreolische Bibliothek.

Mesthrie, Rajend (1991) Language in Indenture. A Sociolinguistic History of Bhojpuri-Hindi in South Africa, Johannesburg: Witwaterstrand University Press.

Michaelis, Susanne (ed) (2008) Roots of Creole Structures, Amsterdam/ Philadelphia: John Benjamins, Creole Language Library 33.

Michaelis, Susanne (2008) Valency Patterns in Seychelles Creole: Where Do They Come From? in Michaelis, Susanne (ed) Roots of Creole Structures, Amsterdam/ Philadelphia: John Benjamins, Creole Language Library 33, p. 225-252.

Michaelis, Susanne & Haspelmath, Martin (2003) Ditransitive Constructions: Creoles in a Cross-Linguistic Perspective, in Creolica, www.creolica.net/article-28.html.

Michaelis, Susanne (1994) Komplexe Syntax im Seychellen-Kreol, Tübingen: Gunter Narr, Scriptoralia.

Mufwene, Salikoko (2000) La fonction et les formes réfléchies dans le mauricien et le haïtien, in Langages : Syntaxe des langues créoles, juin 2000/138, p. 114-124.

Parkvall, Mikael (2000) Out of Africa. African Influences in Atlantic Creole, London: Battlebridge Publications.

Rheinfelder, Hans (1967) Altfranzösische Grammatik. 2. Teil: Formenlehre und Syntax. München.

Shukla, Shaligram (1981) Bhojpuri Grammar, Washington, D.C.: Georgetown University Press.

Véronique, Daniel (1984) Typologie du prédicat et formes du passif en Mauricien, in Travaux du Cercle linguistique d’Aix-en-Provence 2 : Le passif, p. 53-74.

Références corpus :

Bord la Mer, collectif d’auteurs PLHDWU, Ile Maurice
Corpus non publié Kriegel & Ludwig & Henri 2005
Corpus non-publié S. Kriegel, Archives Nationales, Seychelles, 2012
Corpus électronique P. Baker, présenté dans Baker & Fon Sing (2007) (eds)
Seychelles’ Nation, online, http://www.nation.sc/
Virahsawmy, Dev, http://www.boukiebanane.orange.mu/

Haut de page

Notes

1 Je tiens à remercier le relecteur anonyme dont les commentaires ont contribué à améliorer cet article.

2 Dans ce contexte, il faut également mentionner la présence de modèles dans les langues ouest-africaines bien que leur influence dans l’océan Indien soit loin d’être prouvée (voir p.ex. Chaudenson 2003, Parkvall 2000). C’est plutôt dans l’explication des réfléchis avec ‘corps’ dans les créoles atlantiques que ces langues entrent en jeu.

3 Il convient de signaler que « li’nn don so sekreter so loto » est également acceptable et qu’en cas de pronominalisation, on relève « Li don li (so sekreter) sa (so loto) ».

4 Michaelis (2008 : 228) précise que les langues bantoues de l’est qui sont les substrats/adstrats les plus probables pour le créole seychellois sont le swahili, le mwera, le makonde, le yao ainsi que le makoua. Afin d’illustrer le codage DOC, elle donne des exemples du swahili et du ngoni.

5 Les exemples (23) et (24) sont des exemples attestés dans nos corpus. Il faut cependant signaler les variantes suivantes, de sens identique : « mo sort depi lafore », « mo sort dans lafore » ainsi que « mo sort lafore ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sibylle Kriegel, « Créoles et français : Quelques différences dans la valence verbale », TIPA. Travaux interdisciplinaires sur la parole et le langage [En ligne], 31 | 2015, mis en ligne le 22 décembre 2015, consulté le 30 mai 2017. URL : http://tipa.revues.org/1448 ; DOI : 10.4000/tipa.1448

Haut de page

Auteur

Sibylle Kriegel

Aix Marseille Université, CNRS, LPL UMR 7309, 13100, Aix-en-Provence, France

Sibylle.kriegel@lpl-aix.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue TIPA. Travaux interdisciplinaires sur la parole et le langage est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Parole et Langage
  • Logo CNRS
  • Logo Aix Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org