Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Poursuivant la tradition de la revue TIPA, le 30e numéro rassemble des travaux interdisciplinaires sur la parole et le langage. Le thème choisi cette année, les proéminences à l’oral / prominences in spoken language, recouvre en effet différents domaines linguistiques (prosodie, phonétique, phonologie, syntaxe, morphologie, pragmatique, etc.) qui peuvent être traités selon différentes perspectives (des approches fondées sur l’analyse de corpus, des approches plus théoriques, en linguistique, psycholinguistique, neurolinguistique, des études sur l’apprentissage des langues (première ou seconde) ou encore des approches multimodales). Ainsi des articles s’inscrivant dans différentes disciplines, analysant différentes langues et usant de méthodologies variées font l’objet de ce numéro. Je suis heureuse d’accueillir huit contributions, dont une en anglais, les deux langues française et anglaise étant celles de publication de la revue. Pour cette troisième édition entièrement en ligne, nous profitons des technologies numériques pour donner pour la première fois dans l’histoire de TIPA l’occasion aux lecteurs d’écouter des données. Ainsi des liens vers des fichiers son sont disponibles dans un des articles de ce numéro.

2Il est reconnu que les proéminences dans le discours aident à la compréhension. J’ai choisi d’entamer ce numéro 30 de TIPA par l’article de Simone Falk : à travers une revue de la littérature très complète sur la saillance et les relations qu’elle entretient avec la perception et la production de la proéminence à différents niveaux structurels (syntaxique, prosodique, sémantique), l’auteure précise les défis en jeu pour définir la saillance dans le discours parlé. L’article fait un état de la recherche la plus récente qui se révèlera très utile aux chercheurs s’intéressant à ce domaine. Simone Falk incite les futurs travaux à se pencher sur le rôle des prédictions dans l’analyse du discours, l’un des champs prometteurs des recherches à venir.

3L’article qui suit se situe dans un cadre théorique phonologique qui consiste en une ramification de la théorie autosegmentale et de la phonologie du gouvernement, CVCV. Guillaume Enguehard y soulève des questions très intéressantes autour de la représentation de la proéminence accentuelle.

4L’étude des proéminences à l’oral se fait en général par l’exploitation de corpus oraux. Toutes les études suivantes dans ce numéro proposent des analyses et réflexions qui reposent sur des corpus oraux, de plusieurs types selon les différentes perspectives adoptées.

5Isabelle Guaïtella s’intéresse au discours politique. Elle confronte 7 hommes politiques d’époque et de partis différents dans une étude multimodale sur la prosodie et le geste. Sont mises en relation de façon tout à fait originale l’expertise ou les faillances / défaillances discursives des politiciens avec la mise en emphase ou la focalisation.

6L’article de Christophe Bruno, qui remet en question certaines idées reçues sur l’accentuation du français, nous fournit ici un exemple parlant de ce que des études de corpus, basées sur de la parole en situation naturelle plutôt que sur des exemples fabriqués, peuvent apporter à la théorie prosodique.

7Anouch Bourmayan présente une approche originale et novatrice pour rendre compte des verbes à objets implicites. Fondées sur un corpus de français parlé en situation naturelle également, les analyses amènent l’auteure à remettre en cause les approches lexicalistes existantes pour proposer une approche pragmatique fondée sur la notion de proéminence informationnelle.

8Les trois derniers articles de ce numéro se fondent toujours sur des études de corpus mais sont dédiés aux discours d’apprenants et à l’acquisition d’une langue seconde, plus particulièrement de certains aspects prosodiques de l’acquisition. Ce sont l’espagnol, le français et l’anglais en tant que langues étrangères qui sont analysés.

9Grâce à une étude expérimentale, Margarita Muñoz Garcia explore l’apprentissage/acquisition de l’accent lexical en espagnol par des francophones, dont il serait intéressant de vérifier l’efficacité en classe de ELE.

10Marie-Françoise Bourvon se place sous l’angle de l’enseignement du français langue étrangère. Elle explore les liens entre prosodie et morphosyntaxe à travers les erreurs d’apprenants de français de plusieurs nationalités dans un corpus interlangue.

11Enfin ce sont aux apprenants francophones d’anglais à un niveau non-débutant que se sont intéressées Caroline David, Laurence Vincent-Durroux et Cécile Poussard. Dans une étude comparative et multimodale (intégrant la parole et le geste) fondée sur des enregistrements vidéo de locuteurs natifs et d’apprenants, les auteures attirent notre attention sur l’importance de la proéminence à valeur emphatique, qui devrait selon elles faire l'objet d'un apprentissage systématique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Herment, « Editorial », TIPA. Travaux interdisciplinaires sur la parole et le langage [En ligne], 30 | 2014, mis en ligne le 08 janvier 2015, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://tipa.revues.org/1270

Haut de page

Auteur

Sophie Herment

Aix-Marseille Université, CNRS, LPL UMR 7309, Aix-en-Provence, France

sophie.herment@univ-amu.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue TIPA. Travaux interdisciplinaires sur la parole et le langage est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Parole et Langage
  • Logo CNRS
  • Logo Aix Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org